Témoignage sur les rencontres nationales IFY

Auteur: 
CREPEAU Yveline

Par Yveline Crépeau et Françoise Dupont


Les rencontres nationales de l’IFY ont lieu tous les deux ans.  C’est une occasion pour les adhérents de l’association d’échanger, de pratiquer et de rencontrer les formateurs. Elles sont prises en charge par une des associations régionales.
En 2015, Les rencontres de l’IFY ont été organisées par l’association de la région Provence Côte d’Azur (IFYPACA) à Saint-Raphaël du 14 au 17 mai au CREPS de Boulouris. Situé en bord de mer, dans un parc spacieux et agréable, l’endroit était parfaitement adapté à ce type d’événement. Le thème retenu en 2015 était "Stabilité et liberté".
Environ 200 personnes ont participé à ces rencontres. 23 formateurs étaient présents. Nous étions répartis en petits groupes d’une vingtaine de personnes. Chaque groupe avait un programme quotidien auquel il participait seul ou avec d’autres groupes.
La journée commençait à 7 heures le matin par une pratique d’une heure guidée par un ou plusieurs formateurs. Après le petit déjeuner, suivaient un atelier ou un voyage intérieur". L’après-midi reprenait avec un atelier ou un échange avec un formateur. Puis, des conférences plénières étaient données chaque jour en milieu d’après-midi. La journée se terminait par une nouvelle pratique de 17H30 à 18h30. Trois journées intenses donc et très riches en enseignements.
Parmi les conférences prévues au programme sur le thème "Stabilité et liberté", nous avons pu notamment assister à celles de Peter Hersnack et de François Lorin.
Peter Hersnack a rappelé l’importance de l’observation et selon lui, les yoga sutra nous invitent à ça. L’observation, ce n’est pas comprendre mais laisser se manifester la vie qui est en nous, la vie en nous qui voit. La vie en nous a un bon support (AVASTHANA). La stabilité (STHITI) repose sur ce support : dans chacun d’entre nous, il y a une sorte de voyance qui précède la pensée. On pourrait penser que la stabilité enlève de la liberté. Or, c’est le contraire.
Etudier les huit membres du yoga (ASTANGA) nous donne la possibilité de nous laisser porter. YAMA nous enseigne comment établir une relation libre avec les autres personnes, en acceptant la différence radicale de l’autre. Etre dans la relation et être à l’extérieur de la relation. NIYAMA signifie se connaître soi-même, rester proche de ce qui s’ouvre à l’intérieur, quelque chose en nous de mystérieusement stable.
Peter a terminé sa conférence par cette piste de réflexion : "Transmettre la liberté n’est possible que si l’on est déjà dans une relation libre avec soi-même. Transmettre le yoga, c’est transmettre des relations libres".
En introduction de sa conférence, François Lorin a fait référence aux propos de Peter Hersnack et de Bernard Bouanchaud. Il a constaté que si les points de vue et l’enseignement pouvaient être différents, il y avait une base commune et solide dans le yoga qu’ils transmettaient.
La conférence de François Lorin est disponible sur YouTube en cliquant sur le lien suivant :Yoga conférence par Francois lorin "stabilité liberté" 15mai2015 xvid - YouTube
Parmi les nombreuses pratiques que nous avons suivies avec beaucoup d’intérêt, Elisabeth Rémy illustrait bien le thème de ces Rencontres Nationales 2015 avec la pratique jointe qu’elle a nommée « Arbre de vie ». La posture de l’arbre est le symbole par excellence de la stabilité par l’enracinement et l’élévation. Quant à la liberté, elle est présente pendant toute la séance où mantra et chant védique nous relient à notre nature profonde, tout comme l’esprit de l’arbre.  
Fichier attachéTaille
IMG.jpg6.37 Mo