Rencontre avec Paula Gabinski Ratsimba


Après avoir rencontré Paula, maman de trois grands garçons, qui enseigne l’anglais et le yoga, je pense à cette phrase de Lina Franco quand nous préparions le Carreau du Temple : « Cela ne va pas être facile de présenter toutes les richesses des enseignants de yoga tant elles sont nombreuses ! »
Je vous laisse juge : après une formation de mime avec Ella Jaroszewicz au Studio Magenia, elle poursuit des études de théâtre à l’université de Saint-Denis et fréquente l’Ecole Jacques-Lecoq pour des cours de « théâtre gestuel ».

Habilleuse, entre autres,  à l’Alcazar, au Moulin-Rouge et au Théâtre des Quartiers d’Ivry, elle décide d’interrompre cette activité à la naissance de son troisième enfant, les horaires de nuit étant peu compatibles avec la vie de famille... Elle commence à enseigner l’anglais, qui est sa langue maternelle, en tant qu’intervenante dans les écoles primaires.

Elle découvre le yoga de l’IFY en suivant les cours de Paco, un élève de Marina Margherita, puis se forme auprès de Marina et devient enseignante de yoga (promotion 2006-2009) à Courtry, Chelles et Lagny (Seine-et-Marne). Elle fait partie de l’association Instant Yoga qui regroupe des enseignantes formées par Marina Margherita
.
 
Marie-Christine Tchernia - Quel était ton sujet de mémoire ?

Paula Gabinski - « La création d’un espace dans lequel l’élève peut expérimenter et apprendre en toute confiance ». Mon sujet de mémoire partait de mon expérience de l’enseignement de l’anglais dans les écoles primaires, dans les lycées professionnels et les cours pour adultes. Quel que soit leur niveau et leur âge, les élèves arrivent avec des doutes et des difficultés d’expression. J’ai  proposé un enseignement plus réactif et plus ludique avec des situations et des jeux où l’expression orale domine tout en mettant le corps en action. Une mise en pratique du sutra II-3 : « Dans l’oppression due au doute, cultivons l’attitude mentale du contournement ». 

Tu enseignes le yoga depuis sept ans maintenant, de quoi es-tu le plus fière ?
J’ai accompagné en cours individuel un enfant autiste de 10 ans pendant deux ans, cela a été une expérience humaine très bouleversante. Et puis il a déménagé. Les progrès étaient très sensibles.
En mars 2015, au premier Salon des Femmes Entrepreneurs de Chelles, Claude, atteinte de la maladie de Parkinson, est venue à ma rencontre pour demander des cours de yoga dans l’optique de monter un cours collectif. Nous avons commencé avec les cours en individuel jusqu’à la mise en place d’un cours de groupe d’une heure trente à Lagny en septembre 2015. Il est destiné aux personnes malades et aux aidants familiaux. A cette occasion, j’ai trouvé du soutien auprès de Patricia Dautin, professeur IFY, qui a un groupe à Pontault-Combault.

Tu enseignes aussi à d’autres publics ?
Oui  j’enseigne aux enfants, aux adultes, aux seniors. J’ai développé aussi  des cours de yoga prénatal et postnatal après avoir suivi un stage de Bernadette de Gasquet « Yoga et maternité ».  J’avais envie d’un yoga qui s’adresse aussi au corps féminin avec tous ses bouleversements
Dans ce stage il y avait à la fois description physiologique de la grossesse et toutes sortes de propositions corporelles pour aider à un mieux-être et à l’apaisement du mental. C’est un véritable plaisir de voir comment le travail respiratoire, qui va dans le même sens que le nôtre,  est immédiatement senti par les femmes enceintes. En plus j’ai acquis des outils qui peuvent aider au placement du bassin que l’on peut guider à tout public.

Il y a eu aussi d’autres rencontres de formateurs...
Grâce à Michel Alibert, j’ai senti la finesse du mouvement respiratoire et la subtilité du diaphragme. Thierry Jumeau m’a formée au yoga-nidra. Je continue à travailler régulièrement en post-formation avec Marina (cours individuels, ateliers) qui, avec un enseignement clair, me ressource et me donne confiance…

Quels sont les sutras qui te portent ou ceux que tu aimes transmettre ?
Les yamas et les niyamas, les disciplines relationnelles. J’aime bien le sutra II-37 qui parle de l’honnêteté : être qui l’on est. La sensation d’être claire dans l’instant, de faire des rencontres réelles,  accepter d’être une personne gentille ! 

Je sais que tu as des projets qui te tiennent à cœur...
Je suis en train de créer une association qui va s’appeler Elan Yoga et j’espère ouvrir un cours de yoga avec France Parkinson à Chelles.
En association avec Patricia Dautin, le samedi 16 avril à 14h30 j’organise à Chelles un « Instant-thé » autour de la maladie de Parkinson. Je sais que des professeurs IFY-IDF ont déjà des élèves en cours particulier qui en sont atteints…

Propos recueillis par Marie-Christine Tchernia, professeur de Yoga IFY