Méditer oui… mais comment

Auteur: 
IFY idf

 

L a méditation semble de plus en plus présente dans les mots, les exhortations, les voeux pieux d’un futur plus ou moins immédiat…et l’intérêt qu’elle suscite grandit de jour en jour. Pourtant, passer de l’intérêt à «la pratique» ne semble pas si évident. Peur de tomber dans un mysticisme qui ne nous correspond pas ? Manque de temps ? But trop lointain ? Il n’est pas rare que nous remettions à plus tard… à trop tard !

Qu’entend-on par méditation ? Il est vrai que pour l’occidental, méditer est parfois proposé comme l’occasion possible de se poser, une forme de relaxation en quelque sorte, et peut effrayer l’actif qui ne peut s’imaginer rester assis à ne rien faire face à ce qu’il nomme alors le vide. Méditer, c’est aussi, nous dit le Petit Robert «se soumettre à une longue et profonde réflexion», généralement pour faire le tour d’un problème et lui trouver une solution. La méditation, dont il est question dans notre démarche en yoga se situe pratiquement à l’opposé de ces deux notions. Il s’agit, bien au contraire, d’offrir à l’esprit la possibilité de se taire. Il va alors donner à se connaître, devenir de plus en plus clair, transparent, par le dépôt progressif des mémoires qui lui sont chères. C’est grâce à cette transparence que nous pourrons peu à peu appréhender la vie dans sa réalité et non plus dans ce que nous y projetons. Il en est de la méditation comme de la posture : c’est dans le juste maintien de l’esprit dans une seule direction, sans tension ni mollesse, qu’un espace heureux va s’ouvrir  progressivement. Comment l’Être que nous sommes, pourrait-il résister à une telle invitation ?

Dominique Adda