Enseigner aux enfants et aux jeunes

A l’heure où l’engouement pour le yoga explose, l’offre de cours touche tous les publics dont les plus jeunes. Pourquoi et comment enseigner aux enfants et adolescents ? Voici quelques éléments de réponses, accompagnés d’un exemple de pratique pour adolescent(e)s.
Par Anne Schneider, professeur IFY

Tout d’abord, pourquoi proposer du yoga pour les jeunes, alors que fleurit une multitude de techniques et disciplines sportives très attrayantes ? Parmi toutes les spécificités du yoga, trois éléments plaident pour une pratique dès le plus jeune âge : globalité, autonomie, adaptabilité.
La globalité du yoga en fait un outil extraordinaire pour les jeunes. Reprenons le sens du mot « global » ou « holistique ». Quand on pratique le yoga, on va travailler le corps en souplesse et en force, le souffle, le mental au niveau psychique et émotionnel et aussi des couches plus profondes de l’être, mettre les enfants en relation avec ces différents niveaux. On va, par exemple, pouvoir se rendre compte qu’en ouvrant la cage thoracique, on se sent plus à l’aise avec les autres, que chanter dans les postures induit assurance, calme, joie. Dans la pratique du yoga, on peut avoir accès aux différents niveaux de l’être (physique, physiologique ou énergétique, mental) en même temps et comprendre par l’expérimentation comment ils s’articulent.
Les jeunes vont acquérir des techniques qu’ils peuvent retravailler chez eux pour progresser, corriger leur posture, assouplir une partie du corps, se concentrer plus facilement sur le travail scolaire, soulager des tensions oculaires, améliorer leur relation aux autres… Une plus grande autonomie va s’installer et la pratique dans la salle de yoga va permettre d’interroger le professeur sur les problèmes du moment.
Et puis, troisième point, dans un monde en plein changement, il est nécessaire d’être très adaptable, très inventif, résistant, ouvert. Le yoga est un outil formidable d’accompagnement de la construction. Il l’a été depuis la nuit des temps, il l’est et le sera encore plus aujourd’hui et demain.
L’enseignement aux jeunes demande des connaissances approfondies du yoga, une exploration minutieuse et longue de la discipline et il faut être clair sur le fait que seuls des professeurs de yoga diplômés de fédérations sérieuses sont légitimes à l’enseigner. Un professeur de yoga doit pouvoir s’adresser à tous types de public. Nos maîtres, Krishnamacarya et TKV Desikachar, ont enseigné aussi bien à de jeunes enfants qu’à des adolescents, des adultes, des personnes malades, âgées, des philosophes, des rois.


Cours de groupe ou cours individuel ?

La question de savoir à quel âge le yoga peut être pratiqué est récurrente : traditionnellement, le yoga se pratique et s’enseigne de la prime enfance (6-7 ans) jusqu’à la fin de la vie, les besoins et donc la pratique et l’enseignement évoluent au fil du temps. Si la pratique est fonction de l’âge, elle est aussi fonction de l’élève, de ses possibilités, de ses limites, de ce qui l’anime, de ce qui est souhaité par lui et souhaitable pour lui.
Si on enseigne aux jeunes le plus souvent en cours de groupe, pour profiter de la dynamique du groupe et du rapport aux autres, le cours particulier pour s’avérer nécessaire. Aussi n’est-il pas rare de devoir proposer à un jeune étudiant en groupe de venir à un cours individuel. Le lien renforcé avec son professeur et les connaissances qu’il acquière sont source de progrès. Chaque professeur doit rechercher ce qui est le plus pertinent pour son élève.

Chaque jeune doit être valorisé

La question pour nombre de professeurs dont la pratique personnelle du yoga n’a commencé qu’à l’âge adulte est de savoir comment enseigner aux jeunes. Nous allons en dresser les grandes lignes.
Pour enseigner aux jeunes, il faut être clair sur les objectifs. Répétons-le, le yoga est avant tout un outil pour révéler les potentiels de chacun. Les jeunes élèves qui viennent vers nous sont à un moment où tout est en construction : le corps (annamayam), la physiologie (pranamayam), le mental (manomayam). Le yoga doit répondre à ces besoins de croissance, elle est de type bhrimana.
La difficulté et l’orientation des pratiques proposées évolueront avec l’âge des enfants. Une grande place étant faite à l’imagination pour les plus jeunes, avec des pratiques illustrant des histoires, des légendes indiennes, ou bâties à partir de postures aux noms d’animaux (se reporter aux articles de Viniyoga de Laurence Arcile). Au fur et à mesure, les histoires et contes vont être remplacés par des pratiques aux postures plus exigeantes, aux enchaînements plus longs. Les challenges vont aller croissants. La question est souvent posée de la justesse d’une pratique compétitive chez les jeunes. En fait le désir de se mesurer aux autres existe, le professeur doit juste veiller à placer suffisamment de postures différentes pour que chaque jeune puisse être valorisé.

Les grandes spécificités de l’enseignement aux jeunes

Il faut une grande variété des pratiques avec une intensification progressive, pour stimuler le corps et le mental (concentration, mémoire, estime de soi).  Un grand nombre de postures permettant de travailler dans toutes les directions sont introduites, l’enchaînement de la salutation au soleil sans saut, puis l’enchaînement de la salutation au soleil avec saut. Toutes les postures sont apprises avec le vinyasa utilisé à l’âge adulte (simple) et après introduite dans un enchaînement de la salutation au soleil avec saut.  Cette façon d’enseigner nous a été léguée par Krishnamacarya.
Le travail du souffle offre la particularité de ne pas être coordonné au mouvement. Le chant est très utilisé : celui des voyelles, puis du nom des postures ou d’extraits de textes védiques dans les enchaînements ou en position assise.
On introduit l’étude des principes philosophiques du yoga : ashtanga yoga avec l’étude des yama (règles de la vie avec les autres, qui se traduisent dans la séance par des rituels de début et de fin), des niyama, du sens du mot « yoga », de l’histoire du yoga et de l’étude de la vie de ses grands professeurs, mais aussi de grands sages inspirants (Gandhi), sujets qui intéressent vivement les jeunes.
L’étude théorique du corps (anatomie), du souffle, et le lien entre ces connaissances et la pratique du yoga sont abordés, ainsi que  la nécessité d’une alimentation de qualité et de ce que ce terme recouvre.
Les séances peuvent s’articuler autour de thèmes pour capter l’attention. Par exemple : pour avoir des jambes plus fortes (pour les enfants qui font du foot), pour avoir les mains plus agiles (mudra), pour être plus à l’aise lors d’un exposé…
De courts moments de relaxation seront intercalés entre les enchaînements intenses : shavasana, mudras, palming, chants, mandala, kolam, jeu d’entraide, histoires.
Il faudra user de yukti pour stimuler leur envie de pratiquer : récit de la vie de grands sportifs contemporains pratiquant le yoga, participation à des forums, création d’enchaînements…
Et encourager la réalisation d’un cahier de YOGA pour noter les pratiques avec  les enchaînements, les chants…

Un public réactif et très exigeant

Pour conclure, permettre à un enfant qui le souhaite d’étudier le yoga est un magnifique cadeau. C’est accompagner de manière complète son développement, le rendre harmonieux, et optimal. Accueillez l’étonnement d’un jeune qui commence le yoga, c’est un monde autre qui s’ouvre à lui. Vous rencontrerez des enfants qui souhaitent pratiquer le yoga d’eux-mêmes.
Pour illustrer le travail du yoga, je voudrais relater une anecdote. Une maîtresse de CM1-CM2 a été très étonnée de constater que l’ambiance de la classe au départ très agitée avait complètement changé avec l’arrivée de petites filles. Celles-ci pratiquaient depuis toutes jeunes le yoga. Leur attitude était ouverte, sensible et aussi ferme (d’ailleurs également avec la maîtresse qui pouvait montrer un caractère explosif).

Pour tout professeur de yoga, l’enseignement aux jeunes est un challenge qui va lui permettre de progresser dans l’art d’enseigner. Le public de jeunes élèves est à la fois exigeant, formidablement intéressé, très réactif, en demande de connaissances.
Pour enseigner aux jeunes, laissez de côté vos doutes, travaillez, continuez d’étudier le yoga, les postures, les textes, enseignez avec votre cœur toute la richesse du yoga. Vous verrez les jeunes se transformer, parler de leur yoga mieux que vous. Ce sont de formidables ambassadeurs. Nombre d’entre eux, m’ont raconté avoir fait des démonstrations de postures dans la cour du collège pour prouver à des camarades que ce n’était pas juste « un truc facile » !
Un cours de yoga pour enfants ou jeunes se prépare et, après, c’est l’aventure, on se cale sur ce qu’ils amènent ce jour-là ! Vous apprendrez le lâcher-prise.

Ne vous y trompez pas : de la même manière qu’avec nos enfants, c’est eux qui vous feront grandir, progresser au niveau de l’imagination, de l’adaptation, de la recherche de la rigueur ! L’enseignement aux adultes en sera amélioré.
Ne vous arrêtez pas à l’exigence de cet enseignement, mais écoutez ces jeunes, cultivez cette envie de transmettre, soyez ouverts à leurs préoccupations, respectez leurs souffrances, valorisez leurs forces, cultivez le lien avec eux et vous trouverez les outils pour leur enseigner.
Et en fin de cours, posez-vous la question : que leur ai-je appris d’important ? qu’ai-je appris d’eux ?

Exemple de pratique :