« Yoga et émotions »

Auteur: 
IFY idf

Dans tous nos états

par Maryse Jobert

 
Thierry JUMEAU nous promettait 300 000 000 d’émotions et c’est vrai qu’au cours de ces trois heures d’atelier les expériences ont été nombreuses, variées et riches en sensations.
Un espace bien rempli. Nous étions 14 ce samedi matin, curieuses et intéressées (et oui, les participants étaient des participantes, faut-il voir là un signe que le domaine de l’émotion est essentiellement féminin ? Non, je vous rassure, ce monde est partagé avec la gent masculine et c’est le monde de l’humain).
Et il nous semble si familier ce monde! La langue française nous offre quantité de couleurs et de locutions pour décrire ces états : une peur bleue, « la peur donne des ailes », « avoir plus de peur que de mal », « la peur au ventre », une colère blanche, bleue, noire, mais aussi « voir rouge », « la colère est mauvaise conseillère », un coup de colère, une explosion de joie, une tristesse sans fond….(vous pouvez jouer aussi).

Thierry nous a embarqué dans un voyage. Voici les trésors que j’y ai glané, comme les cailloux laissés par le Petit Poucet pour retrouver son chemin, comme des repères pour une vie émotionnelle pleine et juste.

1 - Une définition : A quoi sert l’émotion ? A informer l’autre de ce qui se passe à l’intérieur de nous, pour lui permettre de s’adapter. Cette notion de parole « muette » de l’émotion, d’élément de dialogue, permettant l’ajustement ouvre vers l’espace extérieur, celui de l’autre. Si on se tourne vers l ‘étymologie, Emotion (EX MOVERE) signifie « mouvoir vers l’extérieur ».
Ce qui peut apparaître à première vue du domaine de l’intime est aussi une facette de la communication.

2 - Un élément à ne pas perdre de vue : l’émotion est une énergie qui parcourt le corps (c’est fugace et si elle « s’incruste » alors, cela relève du pathologique). C’est du domaine du physique, du réactionnel ; en découle un comportement, une action ou une réaction. Nous réagissons à une situation qui est une réalité, mais notre réaction a son origine dans le référentiel d’idées qui constitue nos croyances. C’est l’idée que l’on se fait de la situation qui provoque l’émotion et non la situation elle-même. Un chemin de pratique s’ouvre là : constater l’émotion qui émerge et repérer l’idée sous jacente. Un chemin de connaissance de soi.
Thierry nous a incité à revenir au chapitre I, sutra 36 du Yoga sutra. « Par l’enquête sur la signification de la vie et sur ce qui nous maintient en vie, nous pouvons trouver des soulagements à nos distractions mentales ». Enquêter sur les émotions, les identifier, reconnaître l’idée qui est au 2ème plan est une voie.

3 - L’importance de mettre des mots sur ce que nous ressentons. Cette verbalisation est indispensable, salutaire, salvatrice. En effet, « ce qui ne s’exprime pas s’imprime » dans le corps, dit l’Ayurveda. Une piste pour prendre soin de soi ! Nous avons fait cet exercice de nommer les diverses couleurs des émotions de base que sont la joie, la colère, la peur, la tristesse, sur une échelle, de mettre des mots décrivant les gradations de l’intensité. C’est un travail de yoga, un travail de lucidité que de, journellement, observer pour soi l’état dans lequel on est et d’y mettre des mots.

4 - Une communication « non-violente ».
L’enquête sur les émotions installe progressivement une communication où l’expression des faits, de ce que nous ressentons, permet la demande claire de nos besoins non satisfaits.
Thierry nous a rappelé qu’une bonne communication est utile pour être en bonne santé

5 - Un éclairage sur les fonctions des émotions de base - La joie comme un moteur. Elle sert à renforcer les liens.
- La colère comme un accélérateur. Elle sert à lutter, à se défendre.
- La peur comme un frein. Mais la peur sert aussi à se protéger.
- La tristesse comme un embrayage, une occasion de changer de régime. Elle sert à se recharger.

Une belle matinée joyeuse et pleine d’énergie. Le coton imbibé de jasmin qui a accompagné ma méditation était une conclusion pleine de douceur : l’émotion est liée assez directement à l’olfaction. Un grand merci à Thierry pour ce voyage coloré. Savez-vous, nous avons joué au bûcheron, imité le lion, ri aux éclats, construit un bateau à voiles…


La prochaine fois, venez !